Exposition

Un fossile, une histoire

Le concept est d’exposer un fossile et de raconter sur 1 ou 2 panneaux 80x120 son histoire : celle de sa découverte, celle de sa place dans l’évolution, celle de l’écosystème dans lequel il vivait, ainsi qu’une description succincte de sa morphologie.

Par ordre de priorité décroissant, nous envisageons les fossiles suivants :

  • Un brachiopode du genre Productus du carbonifère inférieur (viséen, 340MA) de la montagne bourbonnaise : l’occasion de raconter que cela correspond à la dernière présence d’un environnement marin en Auvergne, avant la formation des massifs hercyniens. De raconter la préservation de lentilles sédimentaires intercalées dans les poussées de granite. De raconter ce qu’est un brachiopode (par différence avec un bivalve), et qu’il s’agissait à cette époque d’une espèce benthique dominante.
  • Un fragment de mâchoire du caïman Diplocynodon ratelli découvert dans les sédiments miocènes (aquitanien) de la région de Varennes sur Allier. Outre la surprise de l’existence passée de caïmans en Auvergne, c’est l’occasion de présenter une époque où l’Auvergne était sous climat tropical (lien avec le réchauffement climatique actuel), de présenter la formation du bassin de Limagne, ainsi que la surprenante faune qu’il abritait.
  • Un groupe d’Helix ramondi de la mine des Roys de Dallet : l’occasion de raconter l’histoire de la formation et de l’exploitation du bitume en Auvergne.
  • Une ammonite du jurassique ou du crétacé : l’espèce choisie portera un nom de genre ou d’espèce de paléontologue célèbre, l’occasion d’aborder la recherche paléontologique au XIXe siècle. L’occasion aussi de montrer une géographie de l’Europe très différente, avec une grande partie ennoyée (mais pas une grande partie du massif central), de raconter que les ammonites ont joué un grand rôle dans l’élaboration d’une échelle géologique internationale dès les débuts de la paléontologie au XIXe siècle.
  • Un fragment de fougère du carbonifère houiller : l’occasion d’aborder la formation des bassins d’effondrement post mise en place du massif central, d’expliquer que ce qui deviendra plus tard l’Europe était alors situé au niveau de l’équateur, que la forêt carbonifère était l’équivalent de la forêt équatoriale actuelle, mais qu’elle était constituée d’espèces très différentes d’aujourd’hui, d’expliquer la formation du charbon.
  • Une feuille fossile du lac installé à côté de Murat, dans le Cantal, suite à un épisode d’éruption phréatomagmatique du stratovolcan cantalien. L’occasion de parler des mécanismes ayant conduit à la formation successive de chaînes de volcans dans le massif central, d’aborder les particularités de la flore d’une époque proche de la notre à l’échelle géologique (miocène, messinien), et pourtant assez différente de la flore actuelle (avant les grandes glaciations). L’occasion d’aborder la formation de diatomite.

Horaires détaillés
2 octobre de 10:00 à 19:00
3 octobre de 10:00 à 19:00
6 octobre de 13:00 à 19:00
7 octobre de 10:00 à 19:00
8 octobre de 10:00 à 19:00
9 octobre de 10:00 à 19:00

Organisateur :
Fête science UCA
688591709
denis.paccard@wanadoo.fr

Lieu :
Médiathèque Hugo Pratt
1 Rue Pierre Jacquet, 63800 Cournon-d'Auvergne, France
du
oct. 2 2020
au
oct. 9 2020