Arts et Sciences : vers une discipline à part entière

Publié par astu 'sciences, le 14 mars 2014   220

Xl participantsseminaireartscience

L’art et la science sont deux disciplines qui parfois se rejoignent, se croisent ou se confondent. Régulièrement, enseignants, chercheurs, animateurs, médiateurs culturels, se rencontrent pour inventer de nouvelles façons de faire, de penser et renouveler leur travail. ARTS est une association de passionnés par cette thématique et qui cherche à faire vivre les disciplines arts et sciences. C’est pour cela qu’avec la collaboration de l’Institut des sciences de la communication du CNRS, a été organisé les 23 janvier et 20 février2014 un séminaire sur l’art et la science.

La deuxième partie s’est déroulée à la maison des sciences de l’homme. Une vingtaine de participants étaient présents, scientifiques, artistes, médiateurs, universitaires. Christian Jacquemin est le premier invité de cette session. Il est chercheur au CNRS-LIMSI et professeur d'informatique à l'Université Paris 11. Il travaille dans le département Communication Homme-machine, groupe Architectures et Modèles pour l'Interaction. Il a développé, entre autres, le logiciel Virtual Choregrapher et participe à de nombreux projets de recherche. La « diagonale » créée il y a un an est un projet de dialogue Science et Société de la Fondation de Coopération Scientifique Campus-Paris-Saclay. Tournée vers l’extérieur, elle a pour mission d’animer le dialogue science et société sur le campus Paris-Saclay et d’ainsi participer à la diffusion de la culture scientifique et technique de la future Université Paris-Saclay et entre autres de regrouper médiation et patrimoine. Une des filières de "Diagonale" est tournée vers le thème art et science en développant des interactions avec comme objectifs de consolider un domaine encore marginal.

La rencontre de 2 métiers : un scientifique et un artiste

La première rencontre entre un scientifique et un artiste qui vont travailler ensemble est un événement riche dans tout ce qui se passe comme échange. Les partages et les différences de point de vue sont riches dans les travaux déjà accomplis. Par contre, Il existerait une inégalité entre l'artiste et le scientifique. Certains peuvent dire qu’on ne peut pas s'improviser scientifique contrairement à un artiste. et que l’on peut se déclarer artiste du jour au lendemain. Cependant, pour entrer dans le domaine de l'art c'est aussi long et difficile. La professionnalisation du scientifique et de l’artiste est tout de même assez équivalente pour d’autres. Les métiers d’artistes et de scientifiques peuvent se ressembler, pas forcément au niveau de leur résultat mais au niveau leur démarche. Cependant, historiquement, on les a mis dans des cases, des catégories de disciplines ce qui explique qu’au départ ils se regardent avec beaucoup de différences. Il existe une phase d’observations sur l’environnement identique aux 2 personnages. il existe également une passion commune d’aller jusqu’au bout d’un sujet pointu. L'artiste a une expérience subjective tandis que scientifique possède sa part de connaissances.Les différences ne sont finalement pas si simples que ça. La discussion entre eux deux permet de franchir les autocontraintes.

Les questions sur lesquelles les participants ont échangées

Autant les intervenants que le public assistant au séminaire ont tenté de définir le rôle du scientifique dans ces projets art et science. Est-il un Compagnon de recherche ou et apport technologique ? Qu’est ce que ces projets art et science peuvent apporter aux scientifiques et aux artistes eux-même? Travailler sur des tandems artiste/scientifique est-ce juste? Ces doubles formations peuvent-elles être rassemblées dans une seule personne ? Est-ce que la discipline art et science ne se résumerait elle pas à divertissement et techno ? Est-ce de l’art ou est-ce de la science? Où est-ce que les choses s'arrêtent ? Pour essayer de trouver des réponses à ces questions, les participants se sont appuyés concrètement sur des projets art et sciences.

Présentation de projets ARTS et SCIENCES

Présentation d’une action art et science montée dans un laboratoire : curiositas pour les étudiants. exemple de réalisation : Projet d'augmentation de l'orgue. Projet de réalité augmentée. Scan corporel, intimité corporelle. Ressenti du travail virtuel . Comment se ressentir si on était nuage. Vidéo projection sur le corps. Étudiante en neurosciences et artchitectes, « point d'inflexions » Mécanique fluide, « moving mind », poisson plat Fluorescence des plantes. « Brain puzzle » financé par kisskissbank « Dessine-moi un paysage sonore », Problématique de Owen Kevin Appadoo : À partir d'une tâche : modéliser en 3D un personnage. son But : générer une application numérique pour accélérer le temps de production d’un personnage 3D. Comment réaliser un hologramme par réflexion. la démarche d’Owen Kevin Appadoo a été de comprendre le procédé d’hologramme. Sa question : « que peut-on apporter de nouveau une fois que l'on a compris la technique ? ». Pour construire les personnages, il faut du temps. Owen : artiste ou scientifique? Hybride ? Son principe : « On peut tout casser, tout détruire, il y aura toujours quelque chose à créer, à trouver. » Julien Piedpremier de la société Catopsys a présenté « digitis, une plateforme transversale sur les nouvelles technologies, art et entreprises » Son constat il trouve « dommage que les artistes ne puissent pas s'approprier facilement les technologies pour créer. » Faire se rapprocher 2 personnes de métiers différents, scientifique et artiste, dans la réalisation commune d’un projet peut faire émerger d'autres problématiques. ce serait peut-être une façon de cibler une thématique de recherche en découvrant par l'imaginaire de l’artiste des pistes que l'on aurait pas pu trouver dans l'univers du labo. On sait de moins en moins où s’arrête la science et où commence l’art, il existe beaucoup de porosités, de transversalités entre les 2 disciplines. le risque serait de considérer le scientifique comme un technicien pointu et gratuit pour la réalisation d’une œuvre artistique. Pour l’équipe de curiositas (festival art et science organisé par la Diagonal de Saclay), le meilleur amalgame est de réunir un artiste et un scientifique étudiants afin de provoquer un dialogue, un équilibre et un engagement plus fort. Curiositas appelle à participation: Trouver des artistes pro pour un travail avec un chercheur sur des projets allant de de 5 à 20000 euros. Un Contrat-type est en cours de réflexion pour cadrer clairement le partage de propriété intellectuelle et artistique sur chaque production. Curisotas cherche des personnes pour évaluer les œuvres de ces étudiants. Christian Jacquemin précise que ce serai untravail de conseil et non de sanction et il pourrait être effectué à distance. Pour cela, il suffit de le contacter. Retrouvez l’œuvre « le toit du monde » de Julien Piedpremier à Vidéoformes.com du 19 au 22 mars à Clermont-Ferrand / agenda.

Propos recueillis par astu'sciences avec l'aide de Pierre Bonton, président de A.R.T.S.