Synthèse de l'atelier "La co-construction à l'échelle d'un territoire"

Publié par astu 'sciences, le 19 janvier 2024   160

Cliquez sur les différents espaces de l'image pour ouvrir les fenêtres

Comment définir la co-construction ? Quelles sont les conditions de réussites et les difficultés? Comment la valoriser ? Comment transmettre l’expérience acquise ?

Pour illustrer et répondre à ces questions, le choix a été fait de témoigner d’une expérience : l’adaptation de l’exposition Néandertal du Muséum national d’Histoire naturelle par Astu'sciences et le réseau de lecture publique de Riom Limagne et Volcans.

Une bien belle décision ! Le nouveau défi fut donc d’arriver à expliquer clairement et synthétiquement un processus long, jalonné de doutes, d’opportunités dans un fonctionnement en arborescence.

En effet, la co-construction c’est avant tout avoir la faculté d’accepter l’incertitude et de se laisser porter par les autres, tout en offrant un cadre structurant.

Voici donc l’histoire d’une aventure que nous découperons en plusieurs épisodes.

Episode 1 : Le point de départ

L’ironie du sort veut que cette histoire ait démarré pendant une magnifique période d’apogée des gestes barrières, du non-contact et qui pourtant nous a donné envie de travailler ensemble. C’est donc à l’occasion d’un atelier en visio-conférence sur la co-construction organisé dans le cadre du congrès de l’AMCSTI 2020 que nous avons échangé avec le Museum national d’Histoire naturelle.

L’idée première était : « Comment adapter une exposition légère du MNHN pour qu’elle puisse s’installer dans différents petits lieux et mailler le territoire auvergnat ? »

Episode 2 : définition du projet et constitution du noyau dur

Un appel fut donc lancé au sein de l’association pour constituer un groupe de travail chargé de définir les objectifs qui furent :

·   d’investir les médiathèques comme lieux de culture scientifique,

·   de pallier un manque de ressources scientifiques adaptées aux médiathèques,

·   de travailler en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle,

·   de reconnaître un réseau de lecture publique comme un acteur légitime de la culture scientifique et technique,

·   de concrétiser des partenariats entre acteurs locaux de la culture scientifique et technique sous l'égide du collectif Astu'sciences,

L'exposition Néandertal fut ensuite sélectionnée pour son potentiel à intéresser un large public sur la thématique de l'origine de l'humanité et à mobiliser les fonds documentaires des médiathèques. De plus, les découvertes récentes en faisaient un sujet d'actualité, qui nous permettait de parler de la "science en train de se faire ».

Un noyau dur a enfin fini par se former, constitué de trois personnes : Hélène Brignon, responsable du développement et des réseaux (salariée d’astu’sciences), Olivier Serpe, de la médiathèque des jardins de la culture à Riom (membre d’astu’sciences) et Philippe Lachaume, enseignant-chercheur à l’UCA (membre d’astu’sciences).

Episode 3 : Faire comprendre le fonctionnement

La co-construction dès le début du projet peut paraitre déroutante et peu rassurante. Le projet n'étant qu'à ses balbutiements, les objectifs sont à construire ensemble. La présentation du projet n'ayant rien de concret, il est donc important de faire comprendre aux parties prenantes et surtout aux partenaires financiers ce mode de fonctionnement.

C’est donc doté d’un projet peu ficelé et plein de bonnes intentions que ce noyau dur est parti à la rencontre des différents partenaires du projet.

Episode 4 : Concevoir ensemble

Il a fallu alors plusieurs réunions et rencontres pour voir les yeux ronds pleins d’incompréhension se transformer en pétillement de motivation et d’idées pour penser les formats et contenus.

Ainsi quatre catégories de partenaires se sont imposées :

Les partenaires des réseaux de lecture :

-          le réseau de lecture "Riom Limagne et Volcans" dans lequel8 bibliothèques volontaires se sont engagées, de la conception à la transmission. Ces dernières se sont concertées avec les enseignants de leur territoire et ont témoigné de leurs différentes contraintes de fonctionnement. En effet, les réseaux de lecture sont composés de bibliothèques de formats et de fonctionnements très différents, au niveau de la taille et de l’ergonomie des locaux ou encore dans la composition des équipes (salariées et/ou bénévoles). Aussi, cette exposition a-t-elle été pensée pour s’adapter à tous les lieux avec un contenu permettant une appropriation facile par les bibliothécaires. Elles ont aussi fortement contribué à la mise en place de la programmation d’animations

-          La médiathèque départementale du Puy de Dôme s’est fortement impliquée dans l'enrichissement et la diffusion de l'exposition.

Les partenaires de conception :

-          le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris - maison de l’Homme et l’INRAP pour le contenu scientifique des panneaux et autres supports

-          la filière bois du lycée Pierre Joël Bonté de Riom pour la création des supports en bois des panneaux et des silhouettes,

-          le pôle plurimédia du lycée Lafayette de Clermont-Ferrand pour l’impression des panneaux et la mise en page (textes et visuels) et l'affiche,

-          le Hall 32 et le Fablab de la pépinière d’entreprises de Volvic pour les impressions 3D

Les partenaires d’animation :

-         Paléopolis de Gannat pour l’animation d’ateliers de fouille archéologique

-          L’INRAP pour la mise à disposition de supports pédagogiques à distribuer aux visiteurs

-          Homo Créatos pour la réalisation d’un jeu collaboratif en plateau

Les partenaires financiers :

-          Le conseil régional Auvergne Rhône Alpes

-          Le département du Puy-de-Dôme

-          Riom Limagne et Volcans

-          La fondation Riom Terre d’Auvergne

Episode 5 : communiquer sur l’aventure

Le choix fut fait de communiquer et parler du projet dès sa naissance et de faire vivre l'aventure de la co-construction par un dossier dans la communauté Sciences en médiathèques sur Echosciences Auvergne.

Episode 6 : tester et débriefer

L’exposition finalisée, la première itinérance dans le réseau de lecture fut lancée avec ses "couacs" et ses "bonnes surprises". Il fut donc important de bien communiquer sur le fait qu'il s'agissait d'une expérimentation.

Comme tout débriefing il a fallu alors :

-          ne pas avoir peur de dire ce qui n'a pas fonctionné

-          proposer des pistes d'amélioration

-          rédiger les retours

-          constater enfin l’acquisition d’une expertise à transmettre

Episode 7 : Transmettre

Enfin, tous ces témoignages ont permis la conception collective des outils d'accompagnement à partir de l'expérience de terrain.